Pourquoi les certitudes sont un frein à notre apprentissage?

By Isa | développement personnel

Avr 05
pourquoi les certitudes freinent notre apprentissage

J’ai tout compris, je sais, c’est sûr, je suis un expert sont, désormais des signaux qui me font comprendre que j’ai encore beaucoup à apprendre. Car à partir du moment où on a trop de certitudes, tout apprentissage cesse…

Cet article est disponible sous format vidéo sur ma chaîne youtube: parfait pour partager à des amis qui n'aiment pas lire 😉

Pour illustrer ces propos, je vais vous parler de 3 expériences…

3 exemples de certitudes "négatives"

Quand on a beaucoup passé de temps à se renseigner sur un domaine on a vite tendance à penser qu’on devient expert, ou qu’on connait déjà tout...

1er exemple: Ma certitude sur mes compétences en nutrition

Lors de ma première année de naturopathie, jétais végétalienne depuis plus d’un an, j’avais quasiment fait le tour de tous les sites vegan de nutrition, en français et anglais.

certitudes et alimentation vegan

Ces cours tombaient à quelque jours de ma formation de yoga et j’avais pensé que si je les ratais, ce n’était pas grave…

Or, j’ai pu assister aux cours, et j’ai pris une grande claque…En effet, j’avais des connaissances...qui n'étaient malheureusement pas assez approfondies. Pire encore, je me contentais de répéter ce que j'avais lu ou entendu. Sans vraiment comprendre.

Au final, je n’avais rien compris (ou très peu) au mécanisme des enzymes, acides aminés, vitamines, lipides et protéines. Je découvrais un monde totalement inconnu. Cela m’a permis, au fur et à mesure de bien mieux comprendre pourquoi j’avais des soucis digestifs, hormonaux ou de peau.

D'où l'importance de se confronter à des sources d'informations contradictoires.

Que m'ont apporté ces cours? 

Des informations différentes de celles que j'avais pu lire et surtout des explications scientifiques. Malheureusement j'étais restée enfermée dans un système de croyances, liées à ma sensibilité. 

En me confrontant à des explications, certes contraires à ce en quoi je croyais, mais néanmoins exactes, j'ai pu mieux cerner les problèmes qui me touchaient. 

Petit à petit, je continue à apprendre, et désormais à comprendre. Mais surtout: ces cours m'ont fait découvrir une réelle passion pour la nutrition! C'est pour ça que je vais  continuer en nutrithérapie l’année prochaine!

Ma certitude sur mon niveau de ski alpin

J’ai grandi dans les pyrénées, je vis dans les alpes, autant dire que j’ai passé pas mal de temps les skis au pied. Je pensais donc être plutôt forte!

Jusqu’au jour où j’ai participé à une compétition, l’année passée. En slalom…Ma certitude était que j'allais fatalement réussir et faire un bon temps vu que...je faisais de jolis virages sur une piste!

certitudes et ski alpin

Au final, ce fut une catastrophe, j'ai été disqualifiée car je loupais des piquets ou je tournais au mauvais endroit.

En fait, je  ne  comprenais pas  cette manière de skier. J’étais incapable de trouver ma vitesse, de la glisse. Car les piquets représentaient une contrainte insurmontable!

D'où l'importance de se contraindre afin d'acquérir plus de maîtrise

Cet exemple tout simple illustre bien qu’il est facile d’être bon en l’absence de toute contraintes! Ou du moins d'avoir la certitude de maîtriser un sujet...alors qu'il n'en est rien!

Alors aujourd’hui j’essaie de me fixer des délais, des échéances, des « contrats » à remplir afin d’être plus efficace! Je remarque que cela m'aide beaucoup à avancer de manière bien plus précise dans mes apprentissages.

Ma certitude sur mes capacités en escalade

Quand j’ai commencé à faire de l’escalade, j'étais assez jeune. Je n’avais pas beaucoup de copains qui grimpaient, je n’évaluais donc mon niveau par rapport à personne.

certitudes et escalade

J’aimais ça, et j’ai continué, en pointillé, jusqu’à ce que j’arrive à Grenoble et que je commence à grimper en salle. Ici, j'avais la certitude d'âtre un grimpeuse plutôt douée...

Et là j’ai été confrontée à des grimpeurs d’exception. En effet, il y a avait beaucoup de monde, de niveaux très différents et c'était un joyeux mix! Enfin, j'ai pu évaluer mon niveau qui était...très améliorable! 

Au fur et à mesure, rien qu’en regardant, j’ai commencé à comprendre mieux certains mouvements et j’ai progressé énormément. Ce n’était en aucun cas une compétition avec les autres, mais plutôt un processus positif qui me permettait d’évoluer dans ma grimpe.

D'où l'importance de s'entourer de personnes "meilleures" que soi

Voilà une attitude qui peut nous faire gagner beaucoup de temps. Cela revient presque à changer son environnement pour trouver non seulement une motivation à s'améliorer mais aussi mieux apprendre.

Car si une personne est meilleure que nous dans un domaine ce n'est pas juste grâce au talent, à un don du ciel ou que sais-je...Dans la plupart des cas c'est simplement que cette personne a fait des choix, acquis certaines compétences que nous n'avons pas encore.

Apprendre par l'exemple est pour moi une valeur sûre!

Les 3 livres pour ôter les certitudes

Au final, ce que j’en retiens c’est qu’on gagne toujours à ne pas trop faire confiance à nos certitudes...

Mais aussi qu'il est essentiel de se confronter à des opinions contraires aux nôtres. Tout en cherchant à se poser des contraintes pour ajuster certains défauts. Et enfin? il est nécessaire (et bien plus simple pour réussir ) d'avoir un environnement qui nous pousse à nous améliorer.

Bien sûr, certains livres m’ont vraiment aidée. Ce sont des livres de développement personnels très "concrets" et surtout applicables. Donc, je ne peux d'adorer, vous vous en doutez!

Il s'agit du livre mindset de Carol S Deck, dont je vous ai beaucoup parlé. Si vous souhaitez une vidéo ou un article dédié, dites le moi en commentaire!

Mais je ne peux finir cet article en vous parlant de ces 2 excellents livres de Robert Greene. Il s'agit des 48 lois du pouvoir et de mon livre actuel, atteindre l’excellence. Ce sont 2 bijoux, et je ne saurais que trop vous les recommander!

Follow

About the Author

Professeur de yoga, étudiante en naturopathie, passionnée par la nutrition et l'alimentation santé. Amoureuse de la montagne et de la nature. Et fondatrice du site internet www.yogisa.life

Leave a Comment:

(2) comments

Fanny 04/05/2018

Coucou Isabelle,
Quel article! Et quelles vérités !
Je commence à être comme toi, à comprendre que si je pense que j’ai tout compris, c’est que j’ai encore beaucoup à apprendre. Et apprendre des autres surtout. L’escalade quel bon sport pour ça, je me suis vraiment retrouvée dans ton message, savoir s’entourer de personnes qui te tirent vers le haut, et t’encouragent. Je suis restée des années sans trop vouloir monter en cotation, et depuis que j’ai rencontré ce petit groupe d’amis qui me poussent, bah j’y arrive doucement mais sûrement (avec aussi l’impression qu’ils sont trop fort parfois, mais comme tu le dis, de les voir grimper, donne aussi des astuces pour la suite). Et comme le dit le livre d’Olivier Roland que j’ai lu après ta présentation sur ton site il faut être des sceptiques intelligents 😊😉
C’est aussi ce qui fait que j’aime notre groupe en Naturo, on peut tous être la personne qui tire les autres vers le haut et en même temps celle qui apprend. C’est une bonne chose, cela remet un peu le monde à sa place, et moi à la mienne également.
Belle journée à toi
Bisous

Reply
Lucie 04/05/2018

Un très bel article, j’aime beaucoup l’idée que tu avais donné un jour (je crois, que c’était toi): aller à chaque cours de yoga comme si c’était le premier.
Je le fais parfois, je suis plus attentive à ma prof et ça change beaucoup de choses dans ma pratique.

En vidéo, j’aime beaucoup changer de prof régulièrement (avec Alo Yoga c’est possible), ca permet de comprendre différement certaines postures et surtout se remettre en question, se déprogrammer, accepter de ne pas avoir juste. C’est très positif pour avancer.
Gros bisous

Reply
Add Your Reply

Leave a Comment: