Le paradoxe du poisson rouge

By Isa | Livres

Oct 13
résumé de livre

Ravie de vous retrouver pour un nouvel article!  Aujourd'hui, on va parler livres. Je l'ai découvert cet été grâce à la newsletter d'Olivier Roland, c'est "Le paradoxe du poisson rouge", écrit par Hesna Caillau.

C'est un livre passionnant, qui se lit hyper vite et très riche d'enseignements pour voir la vie...autrement. Je vous invite soit à lire cet article, soit à visionner la vidéo ci-dessous!

Disclaimer: le sous titre est "une voie chinoise pour réussir", le livre s'intéresse surtout à la philosophie chinoise, notamment par l'apport du bouddhisme, taoïsme et confucianisme dans ce que l'auteur appelle la "pensée chinoise".
C'est important de préciser qu'il ne s'agit pas d'un livre à visée politique, géopolitique. (Surtout vu le contexte actuel).
L'idée du livre n'est donc pas de condamner les agissements du gouvernement chinois ni d'encourager quoi que ce soit: c'est important de bien prendre conscience de ça avant d'attaquer la lecture.
On referme donc la parenthèse,

L'auteur du paradoxe du poisson rouge:

Le paradoxe du poisson rouge a été écrit en Hesna Cailliau(1). Elle est diplômée de science Po et de sociologie.
Cosmopolite dès sa naissance, elle a beaucoup voyagé en Asie, Moyen Orient, Extrême Orient et Occident. Ces nombreux voyages lui font dire :
« On ne connaît l’âme d’un peuple qu’à travers ses qualités. »


Je trouve que c' est important d'avoir une vision positive pour nous permettre d’appréhender le monde actuel et futur avec espérance, confiance et optimisme.
Elle est l’auteure de « L’esprit des religions » : connaître les religions pour mieux comprendre les hommes. Et aussi « Le paradoxe du poisson rouge : une voie chinoise pour réussir » dont on va parler aujourd'hui.

Pourquoi "le paradoxe du poisson rouge"?

Tout d'abord, pour placer le contexte, le fil conducteur du livre, c'est la carpe Koï.

Alors ce petit poisson, pourquoi il est si important? Parce qu'il est plein de sagesse, on va très vite le voir. Il dispose de huit vertus qui mènent à la Voie de la réussite: 

"Elles ont vocation à libérer la créativité pour faciliter le changement."

Les 8 vertus de la carpe Koi

Ne se fixer à aucun port

Être sans idée pour rester ouvert à tous les possibles

Confucius

le paradoxe du poisson rouge

Avant d'aller plus loin, vous allez voir, il y a pas mal de citations dans ce livre. Et je vais vous en citer beaucoup car elles arrivent à condenser un concept en quelques mots et sont imagées.
C'est donc très parlant. Notamment pour aider à mieux visualiser ce dont on parle. 

Certaines personnes pourront trouver ça à l'inverse un peu pénible, vous me direz de quelle "team" vous faites partie: citation, ou pas?

Alors, ne se fixer à aucun port, qu'est ce que ça veut dire?
La carpe Koï n’a pas de port d’attache et ne suit aucun schéma préétabli. En effet, elle ondule, de manière fluide à travers l'eau.

Comme la réalité étant en mouvement perpétuel, tout change, il n’est pas intéressant (ni même judicieux) de s'emprisonner dans des idées, des schémas figés.

Dans cette première vertu, on a aussi le concept de l'ouverture: la carpe a de grands yeux, une grande bouche. 
elle est l'incarnation de l'ouverture aux autres, au monde.

Et pour rester ouvert, il est indispensable d'observer.
Et là on voit une première grande différence entre orient et occident, si je peux me permettre de généraliser

  • En occident, la pensée règne.
  • En chine, c'est l'observation.

Ne viser aucun but

Le chemin se trace en marchant

Lao-Tseu

le paradoxe du poisson rouge

La carpe Koi montre que le chemin ne doit pas être fixé d'avance.
De prime abord, ce concept m'a paru compliqué à intégrer, vu qu'on s'oblige à se fixer des buts pour avancer...

Avant d'aller plus loin, petit rappel biblique. Dans la bible, la notion de péché est associée à l’acte de manquer son but. 
Ce qu'on retrouve le plus est la notion de sacrifice, travail, effort. 

Tout notre mode de pensée occidentale découle de cette vision des choses.
En gros, pour obtenir ce qu'on veut, on va devoir travailler très dur, Si dur qu'on va parfois "devoir souffrir" pour atteindre des objectifs.
De l'autre côté, pour la sagesse chinoise, la fixation sur un but est négatif pour plusieurs raisons: 

  • C'est souvent une source de tension.
  • De plus, cette fixation risque d’occasionner de grosses dépenses d’énergie inutiles.
  • Et enfin, viser un but occulte les opportunités éventuelles.

Or le tao te king (texte fondateur du taoisme, écrit par Lao Tseu) recommande l'adaptation plutôt que l'effort à tout prix.

On aborde ici l’art du wu wei que l’on pourrait traduire par “non-agir” en français. Loin de l'idée de paresse qu'on serait tenté d'y accoler, ce non-agir consiste davantage à faire juste ce qu'il faut pour que les choses se fassent d'elles mêmes.


On entre là dans l'économie du mouvement, la recherche de l'épure, de la justesse. Tout en restant ouvert aux éventuelles opportunités qui peuvent apparaître sur le bord du chemin. On peut presque le rapprocher du 4ème accord toltèque "faire de son mieux"
. Cet accord nous proposait de faire des actions qui ont du sens pour nous, sans s'obliger à atteindre forcément un but, mais à se laisser porter par le sens que l'on trouvait dans l'action.

Vivre dans l'instant présent

Le passé est dépassé, le futur aléatoire, la seule réalité est ici et maintenant

Bouddha

le paradoxe du poisson rouge

Ici c'est une vertu rabâchée par tous les livres de développement personnel: vivre ici et maintenant.
C'est une manière (peut-être la seule!) de ne pas être emprisonné dans son passé ni se languir de son futur. 
Et on rejoint la notion d'opportunisme car c'est en étant pleinement ici et maintenant que nous avons le plus de chance de saisir des opportunités.

Ignorer la ligne droite

L’arbre tordu vivra sa vie, l’arbre droit finit en planches

Dicton chinois

le paradoxe du poisson rouge

Ou l'art du détour et de l'esquive.
Attention, il ne s'agit pas ici de fuir devant l'adversité, mais de trouver un moyen de contourner les obstacles intelligemment et efficacement. Et avec optimisme!
D'ailleurs, ça m'a aussi fait penser au livre "the obstacle is the way* de Ryan Holiday. 

Se mouvoir avec aisance dans l’incertitude

C’est au moment où l’on a des certitudes que l’on perd la guerre

Sun-Tseu

le paradoxe du poisson rouge

Les Chinois considèrent la carpe Koï comme le symbole du renouvellement perpétuel. 


C'est un constat: on ne peut pas prédire l'avenir, du coup, il est contre productif de stresser face aux incertitudes de notre vie.

Il serait même plus juste de pratiquer un détachement confiant devant les incertitudes et devant les vérités.
Il n'existe pas de vérité absolue. Cela m'a rappelé la très belle et juste citation de  Krishnamurti : "la vérité est un pays sans chemin".

Pour parfaire ce détachement, il gagne à être mêlé d'optimisme.  Dans les échecs,  il y toujours du bon à prendre. En effet, ils nous apportent de l'expérience et nous font avancer sur le chemin de la vie.

Mais ça on en parlera dans un autre article/vidéo

Vivre en réseau

La croyance en une personne libre, autonome et séparée est une illusion à détruire.

Bouddha

paradoxe du poisson rouge

C'est un constat: les carpes vivent en groupe. Et nous sommes aussi! Nous sommes des êtres sociaux, nous avons besoin des uns et des autres: l'interdépendance nous unit.


Là encore, les relations sociales sont vues avec le filtre des opportunités. L'idée est de passer du temps  et de vivre avec des personnes qui nous apportent une bonne énergie, qui nous aident à débloquer des situations, avec qui le temps semble bien rempli...Cela nourrit tellement!
Bien plus que de passer du temps avec des personnes qui pompent notre énergie, qui vont être mal intentionnées etc.
En gros éliminer les relations toxiques de sa vie au profit de relations nourrissantes: c'est là où la vie sociale n'épuise pas et permet de vivre en harmonie!

Confucius a livré une règle d’or, il y a 2 500 ans, à ce propos :
“Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fasse”.

Rester calme et serein

Si tu es serein, tu peux surfer sur la vague. Si tu as peur, elle t’engloutira.

Tel est l’esprit du zen

le paradoxe du poisson rouge

En Chine, les émotions sont vues comme des courts-circuits intérieurs qui 
empêchent de se réaliser pleinement. 
Par exemple, pour pratiquer l’art de la calligraphie, il est indispensable d’être calme et serein.

Je sais pas si vous connaissez les vidéos de liziqi, voici une vidéo ci-dessous.

Ainsi, la maîtrise de soi est une qualité indispensable et on devrait donc limiter l’extériorisation de ses sentiments, craintes ou peurs pour ne pas perdre la face.

La notion de modération est essentielle dans la pensée chinoise, car elle assure un équilibre entre les contraintes et une harmonie entre les opposés. Pour arriver à ce self control et à cette modération, on a un allié de taille: La méditation. 

Alors, tout ça se discute, j'ai été assez tiraillée en lisant ce passage.
L'idée n'est pas de se dire c'est vrai ou c'est faux, mais ça m'a aidé à me poser certaines questions.

Entre nous, j'ai tendance à être hyper émotive, à vivre à 1000% mes émotions.
Parfois ça m'aide beaucoup, à extérioriser ma tristresse, ma colère etc.
Mais si je dois être honnête, parfois ça m'épuise. Depuis la lecture de ce livre, j'ai essayé non pas de "censurer mes émotions", mais de les vivre de manière plus apaisée. En toute franchise, ça n'a pas toujours été simple, ni possible, mais le fait d'imaginer mes émotions comme des vagues m'a clairement aidé à éviter les gros fracas.

Remonter la source

L’homme n’est pas seulement fils de la Terre, il est aussi fils du Ciel.

Confucius

le paradoxe du poisson rouge

En Chine, selon la légende, la carpe koï se transforme en dragon ailé.

C'est le chapitre le plus spirituel du livre, en ce sens où il lie l'humanité avec cet "autre chose".  Il y a aussi le rapport aux traditions, qui est bien expliqué. Les traditions sont vues non pas comme un boulet du passé mais comme des racines, des bases solides pour s'ancrer avec confiance dans le réel. et pouvoir ensuite s'envoler vers d'autres horizons.
C’est ainsi que l’éducation des enfants doit être pensée, en leur donnant “des racines et des ailes”.

Et enfin, Pour les Chinois, l’homme a une dimension céleste qui lui permet de s’élever vers la spiritualité sans tomber dans la démesure

À la fin du livre il y a aussi un petit résumé des différences entre la chine et l'occident, c'est assez amusant à lire.

Ce que je retiens du paradoxe du poisson rouge:

Alors, je pense que vous avez compris mon enthousiasme vis à vis de ce livre que je trouve super simple à lire tout en étant complet, avec plein de références littéraires, philosophiques, culturelles.

L'auteure termine dans sa conclusion en parlant du besoin de "symbiose des cultures",
c'est à dire reconnaître l'unité dans la diversité des religions et des cultures. Elle cite cette phrase que je trouve très belle "creusez en profondeur et vous découvrirez que les traditions s'abreuvent toutes à la même source".

Ce que j'en retiens, en 3 points:

  • Nous pouvons travailler de manière plus efficace en cherchant l'efficience et le juste effort. Plutôt que de travailler de manière besogneuse, en faisant de nombreux sacrifices et en risquant de souffrir.
  • Au lieu de se laisser emporter par nos émotions, il semblerait plus harmonieux de les laisser "fleurir"..Et de surfer sur nos vagues émotionnelles.
  • Et enfin, ce livre m'a aidé à voir l'opportunisme sous un autre oeil. Être opportuniste, ce n'est pas "mal" ni cupide. C'est simplement savoir observer et être ouvert à la chance

Quelques critiques?

Pour être franche, pour ce passage, j'ai lu des critiques négatives car pour être honnête je n'en avais pas vues!

Néanmoins, j'ai trouvé certaines de ces remarques pertinentes, alors je vous livre quelques points. De cette manière, vous pourrez vous faire un avis plus nuancé avant de vous jeter (ou pas) sur la lecture du paradoxe du poisson rouge.

  • Ce livre n'est pas un ouvrage exhaustif sur les différences entre Orient et Occident: il s'agit d'un zoom sur certains aspects de la pensée Chinoise. Si vous cherchez un ouvrage très scientifique, très dense, ce n'est pas le cas de cet ouvrage.
  • Certains aspects sont "édulcorés" pour faire passer ce livre dans la catégorie "développement personnel".
  • Peut-être que certaines comparaisons sont davantage axées sur la religion plutôt que des éléments culturels.

Merci pour votre lecture/écoute si vous avez regardé la vidéo. J'étais ravie de partager ce livre avec vous, je serai ravie de vous lire dans les commentaire si vous avez quelque chose à partager. À très bientôt!

Envie d'une vidéo spéciale?

Vous aimeriez que je vous propose une vidéo spéciale sur Youtube? C'est tout à fait possible! Il suffit de m'envoyer un mail contact@yogisa.life en indiquant ce que vous souhaitez et je vous mentionnerai lors de la prochaine vidéo!


Livres et sources

1) Qui est Hesna Cailliau? Sa bibliographie sur Babelio

2) Le livre, dispo aussi en version numérique, soit sur kindle soit sur une autre liseuse: le paradoxe du poisson rouge*, par Hesna Cailliau.

3) le blog d'Olivier Roland, des livres pour changer de vie où vous trouvez un résumé très complet.

4) si Krishnamurti vous intéresse: le livre de la méditation et de la vie*.

5) Pour tester la méditation, une séance courte et simple est disponible sur ma chaîne youtube.

*liens d'affiliation Amazon



Le programme Yoga & développement personnel


Pour me suivre

Follow

About the Author

Professeur de yoga, étudiante en naturopathie, passionnée par la nutrition et l'alimentation santé. Amoureuse de la montagne et de la nature. Et fondatrice du site internet www.yogisa.life

Leave a Comment:

Leave a Comment: