Mon parcours « naturopathie » partie 1: Le commencement

By Isa | Naturopathie

Nov 29
études en naturopathie

Je viens de finir mes 2 années d’études de naturopathie. Sur Instagram, je vous ai déjà fait part de quelques doutes, mais j’avais envie de vous le faire par écrit et de prendre mon temps pour vous raconter ce qu’il s’est passé au cours de ces 2 années. Et je pense qu’un petit rappel s’impose pour vous expliquer pourquoi j’ai choisi de faire des études de naturopathie…Et quel regard je porte sur la naturopathie après ces études. 

Ce sera une série de 3 articles, avec un article invité. De cette manière, le contexte sera posé et vous pourrez ainsi mieux comprendre mon avis et mon besoin de le partager.

Avant de poursuivre votre lecture, Un rappel s’impose! L’avis présenté est mon avis, il est personnel. En aucun cas je ne vais (et ne veux) donner conseils, ni imposer un point de vue. L’espace commentaire est là si vous souhaitez partager votre point de vue, tout en respectant le mien.

D’avance merci! Ces précisions sont essentielles pour espérer un débat constructif et enrichissant.

Comment l’idée de la naturopathie m'est venue en tête?

J’ai consulté pour la première fois un naturopathe il y a presque 4 années. J’avais des soucis de santé qui trainaient, un rapport à la nourriture qui avait eu ses hauts et ses bas…Puis un évident ras le bol de mon boulot de fonctionnaire.

Cette consultation m’avait apporté un nouveau regard sur ma santé, aussi bien physique qu’émotionnelle. Je suis ressortie du cabinet avec un conseil lecture, une activité physique à reprendre et quelques compléments alimentaires.

  • En ce qui concerne les compléments alimentaires, je n’avais pas vu une réelle différence ou amélioration.
  • Par contre le conseil de lecture m’avait particulièrement touchée. Il s’agit du livre de Lise Bourbeau, les 5 blessures qui empêchent d’être soi même.
  • Puis, j’ai repris une activité physique régulière en plus du yoga

Des conseils de bon sens, bien sûr, mais surtout un bon rappel. Et une prise en charge émotionnelle très bénéfique.

J’avais donc l’image d’une naturopathie qui s’intéressait avant tout au mode de vie et aux émotions de la personne. Dans mon projet de reconversion professionnelle de professeur de yoga, la naturopathie m'est apparue comme une alliée de taille. C'était, selon moi, le combo idéal pour permettre aux gens de reprendre en main leur mode de vie et leur santé!

La naturopathie m'avait aidé: j'avais envie de transmettre moi aussi ces enseignements!

Ma passion pour l’alimentation:

Ensuite,  j'ai commencé à m’intéresser à l’alimentation. Plus précisément à l’alimentation exclusivement végétale vu que c’était l’époque où j’avais décidé de devenir végétalienne. D’abord pour des raisons éthiques, j’ai vite commencé à me renseigner sur le végétalisme et la santé en voyant, au début, des effets positifs.

De fil en aiguille j’ai découvert l’univers de l’alimentation végétalienne, avec des informations sur la nutrition que je n’avais jamais entendues avant…

ET j’ai vite réalisé que la plupart des sites que je visitais étaient tenus par des naturopathes. J’ai donc associé, inconsciemment ou pas, naturopathie - végétarisme - santé.

De fil en aiguille, c’est tout mon mode de vie et de consommation qui a changé…

Puis, ma "lune de miel vegan" s’est terminée et j’ai commencée à avoir quelques soucis de santé assez gênants. J’ai fini par aller voir un médecin qui n’a pas répondu à mes attentes, loin de là…

En y repensant je crois que cet évènement m’a vraiment fait basculer dans ma recherche de solutions alternatives. Si la médecine conventionnelle n'était pas parfaite, le monde avait besoin, selon moi, de naturopathes!

Mon envie d’aller plus loin:

Et je me suis renseignée sur des écoles de naturopathie. En lisant les programmes, j’ai réalisé que l’alimentation présentée n’était pas vegan ni végétarienne mais omnivore. Après une année où je n’avais lu que des bouquins sur le véganisme, j’ai pensé que cela ne me ferait pas de mal de confronter mes idées.

Et au delà de ça, l'alimentation végétalienne me faisait retrouver d’anciennes mauvaises habitudes: l’hyper contrôle alimentaire, la culpabilisation…

J’avais donc envie d’apprendre d’autres points de vue, et d’avoir une autre perspective. Ce que la naturopathie m’avait apporté c’était justement cette vision plus large de la santé. De comprendre que notre gestion des émotions devait être prise en compte.

Alors j’ai cherché activement une école de naturopathie. Et là, les chose ont commencé à se corser.

Trouver une école de naturopathie:

Aujourd’hui, en France, il y a l’embarras du choix. C’est l’avantage de cette profession, non règlementée. Les écoles poussent comme des champignons. Dit comme ça, c’est mignon. Par contre, quand vous cherchez réellement une école c’est un casse tête chinois.

Et on commence avec la meilleure partie: trouver une école « reconnue ». Comme beaucoup, je pense être tombée dans le filet des certifications en tout genre.

Alors que, je le rappelle, il n’existe aucune reconnaissance officielle. Mais les certifications rassurent: tel était mon état d'esprit.

école de naturopathie

Le merveilleux monde des certifications

  • Vous avez le choix entre les écoles agrées par la Fenahman qui se présentent comme, je cite " la référence qualité en matière d’enseignement de naturopathie et l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics en ce domaine " source: http://www.fenahman.eu/artc/1/fr/.

(Nota bene: si vous avez envie de découvrir qui sont les dirigeants de la fenahman vous vous rendrez compte que sont les mêmes qu’on retrouvent dans les 6 écoles agrées… par la Fenahman)

  • En moyenne, il vous faudra compter 10 000€ pour vous offrir ces enseignements. Ça fait beaucoup mais ne nous plaignons pas, en Suisse c’est envrion 20 000CHF… Seule différence  (de taille) leur diplôme est reconnu.
  • Ensuite, vous avez d’autres écoles reconnues par l’association des naturopathes francophones. Là vous avez IFSH, le CNR d’André Laffont et l’A.E.M.N.
  • Et enfin vous avez d’autres écoles, qui proposent différents cursus. Il me semble que chacune met en avant sa spécifié, que ce soit par rapport au dirigeant ou à la philosophie de l’école.
  • Une école propose même une certification reconnue au niveau européen.

J’ai pensé, à tort ou à raison, qu’une école reconnue par une association était de meilleure qualité. Alors, j’ai fini par choisir l’IFSH, qui, je ne sais pourquoi, me semblait scientifique et présentait un programme que je trouvais cohérent. J’avais envie d'avoir des bases sur la santé et pas de survoler l’ayruveda, la MTC, l’homéopathie ou que sais-je…Donc mon choix s’est porté sur cette école.

Petite précision: cet article n’a pas vocation à casser mon école ou une autre. Toutes ont leurs points forts, mais on peut aussi souligner certains points faibles.

Financer son école seul?

Les prix varient, en fonction du lieu, du cursus et...des "certifications". Pour certaines écoles,  vous avez la possibilité de vous faire financer les études par Pôle emploi. Ce qui peut être, avouons le, un atout de taille.

J’ai financé l’école moi même en cassant ma tirelire et en faisant un prêt personnel que je suis péniblement en train de rembourser.  Est ce que c’était une bonne idée? J’ai fait un prêt en pensant qu’après ces 2 ans, j’allais pouvoir exercer et donc rembourser facilement. Les choses ne se sont pas passées comme prévu. 

Si c’était à refaire je pense que j’attendrai d’avoir les finances, tout simplement.

Qu’est ce que j’ai appris dans mes études de naturopathie?

Bon c’est très bien de parler de tout ça mais concrètement, qu’est ce que j’y ai appris?

Mon parcours "naturopathie" partie 1: Le commencement

Ma plus belle découverte: l’aromathérapie.

Lors de ces études,  j'ai vraiment découvert l’aromathérapie.

La prof qu’on a eu la première année, pharmacienne, était extrêmement intéressante et m’a permis de comprendre que les huiles essentielles avaient leur propre histoire, et surtout: qu’il fallait se plonger dans la biochimie pour les utiliser avec intelligence et discernement.

Je ne remercierai jamais assez mon amie Céline, infirmière et camarade de formation qui m’a expliqué comment comprendre le fonctionnement des huiles essentielles en fonction de leurs familles biochimiques. En effet, elle a suivi les formation de Dominique Baudoux réservées aux professionnels de santé (qu’elle a pu faire en tant qu’infirmière. ces formations ne sont pas ouvertes aux naturopathes). 

J’avais d’ailleurs fait un fichier d’infographies sur mon compte Tipeee pour vous présenter une manière simplifiée de comprendre l’aromathérapie.

Ma meilleure remise en question: l’alimentation.

Mais c’est au niveau de l’alimentation que j’ai le plus appris. On a eu un prof très compétent, qui a passé beaucoup de temps la première année à nous expliquer la physiologie.

Et là, j’ai fini par « connecter ».

Naïve, je pensais que mes recherches internet « vegan friendly » m’avaient apportées toutes les informations sur l’alimentation. Elles étaient surtout incomplètes. C’est très facile, quand, comme moi, vous lisez des articles ou des livres avec les oeillères des croyances de passer à côté d’informations capitales.

Et surtout je me suis placée en tant que future thérapeute: est ce que mon biais                 « vegan » allait me permettre de bien accompagner les gens? 

Au final, je n’ai pas eu à répondre à la question car j’ai repris une alimentation omnivore  "raisonnée" (et non pas « carnivore », s’il vous plait 😉 Je ne suis pas un lion). Sur ce sujet, je ne me permettrai aucun jugement. Des thérapeutes vegan qui savent mettre leur idéologie de côté quand ils ont entre leurs mains la santé des gens, je suis sûre qu’il y en a.

Mais ma question était (et reste) légitime…

Finalement mon plus grand apprentissage est celui dont je vous ai parlé dans mon premier article sur mes études de naturopathie: développer son esprit critique.

Ce qui m’emmène aujourd’hui à voir la naturopathie…différemment. C’est la 2ème année qui a tout changé…

À SUIVRE....

Follow

About the Author

Professeur de yoga, étudiante en naturopathie, passionnée par la nutrition et l'alimentation santé. Amoureuse de la montagne et de la nature. Et fondatrice du site internet www.yogisa.life

Leave a Comment:

(7) comments

Claire 11/29/2018

❤ Merci Isabelle pour ce bel article, j’avais même envie d’en lire plus hihi !
Hâte de découvrir la suite. 😊
Merci beaucoup à toi pour ce chouette partage ! Claire

Reply
    Isa 11/29/2018

    Merci Claire 😉 J’ai du couper en 3 parce que ça aurait vraiment été trop trop trop long! À très vite, bisous

    Reply
Priscilla 11/29/2018

Déjà merci de ton partage.
Je me retrouve assez dans ce que tu dis sur les écoles… j’ai eu le même souci de choix. Et j’ai finalement opté pour une école belge. «Moins chère» mais qui propose malgré tout un très bon programme. (Je vis en France).
Et c’est vrai que sur l’alimentation il faut être capable de mettre certaines convictions de côté. Je suis végétarienne plus que végétalienne mais il me paraît évident d’accompagner au mieux chaque personne quelque soit la façon dont elles s’alimente.
Encore merci de ton partage. Hâte de lire la suite.

Reply
    Isa 11/29/2018

    OUI! J’avais beaucoup hésité avec les écoles Belges, qui, dans le domaine, me semblaient bien. Et tout à fait d’accord par rapport à l’alimentation, j’ai vite réalisé que ce n’était pas sain que je regarde tout avec mes oeillères « vegan ». Merci pour ce partage!

    Reply
Damien Mérut 11/29/2018

L’article est aéré, bien écrit, pas trop long, j’ai adoré le lire, en apprendre un peu plus sur une collègue et fille géniale que j’ai côtoyées de loin. J’attends la suite avec une certaine impatience 🙂

Reply
    Isa 11/29/2018

    Merci beaucoup Damien, c’est très gentil.

    Reply
Salmon 11/29/2018

Ton histoire est très passionnante…si tu n etais pas passée par la case fonctionnaire..en serais tu là aujourd’hui….
Oui j attends la suite de ton histoire…je t ai connu de mars 2010 à août 2011 si je compte bien et je mettais aperçu qu il y avait un petit qq chose …que tu te cherchait…c est super ma grande

Reply
Add Your Reply

Leave a Comment: