Le mythe de la posture parfaite en yoga

By Isa | Débuter en yoga

Mar 31
yoga et perfection

Le yoga et le mythe de "la posture parfaite". Vaste, très vaste sujet. Un peu tabou aussi. Je vais être honnête: j’ai écrit pour la première fois cet article il y a presqu'un an. Je ne l’ai pas terminé. Ni publié. Parce que j’avais honte. 

Honte d’être transparente et honnête.

Et pourtant, c’est mon honnêteté qui je pense, me permet d’être compétente dans mon travail. Et c'est cette honnêteté qui me pousse à reprendre cet article pour, je l'espère, le finir et le partager.

Donc aujourd’hui, je me jette à l’eau pour vous avouer que je ne suis pas une bonne yogi. Et j’ai réalisé ça il y a plusieurs mois.

Pas parce que je n’arrive pas à léviter ou que je ne suis pas un être éveillé (même si je n’ai pas saisi ce que ça veut dire).

Mais parce que je me compare beaucoup…

Une des choses que je juge le plus? Ma pratique.

À partir de quand les comparaisons nous emprisonnent?

« je ne suis pas assez souple… », « je ne suis pas assez bien alignée »,…Les comparaisons et jugements ont commencé à polluer littéralement ma pratique perso.

Mais je ne m’arrête pas là. Je jugeais aussi les autres: « oh, cette posture est mal faite ». Parce que ça me rassure, parce que j’estime être meilleure?

Au fur et à mesure, ça a commencé à me poser vraiment  problème dans ma pratique. J'essaie de prendre des cours, de suivre des ateliers. Et j’utilise beaucoup Youtube, yoga international ou d’autres plateforme pour apprendre de nouvelles choses en yoga.

le mythe de la posture parfaite en yoga

Et j’ai commencé à passer plus de temps à juger la pratique de la prof ou du prof plutôt qu’à être pleinement en conscience de ce que je faisais…

Jusqu’au jour où, en suivant une vidéo, je remarquais que la posture du chien tête en bas de la prof n’était pas parfaite.

Mais je faisais quand même les exercices. 

Non seulement, je me suis malgré tout sentie mieux à la fin de la séance. Mais surtout, j’ai utilisé de nouvelles astuces dans mes propres cours.

Je me suis sentie ingrate.

Et si vous avez déjà ressenti de l’ingratitude, je suis sûre que vous savez à quel point cette sensation est désagréable. J’ai culpabilisé de m’enfermer dans cette tour d’ivoire où il est plus simple de critiquer plutôt que de…faire.

Ma mauvaise perception du yoga Iyengar

Quand j’ai commencé le yoga Iyengar, j’y ai découvert la joie de tenir les postures, de ressentir chaque muscle travailler et surtout l’utilisation des blocs, sangles etc.

Et c’était merveilleux. Je vous bassine avec le yoga Iyengar parce que je suis convaincue que ce yoga est exceptionnel pour mieux comprendre les mouvements du corps dans les postures. Et que l’utilisation des  « props » rend ce yoga quasiment thérapeutique. C’est comme ça que j’utilisais des outils du yoga Iyengar pour ma pratique, puis pour mes cours co et privés.

Mais petit à petit, je suis devenue de plus en plus exigeante sur mes alignements. Comme si pratiquer ce yoga avait fini par me pousser à chercher la "posture parfaite".

Et par "prefection" je n'entends pas trouver la posture qui me convienne parfaitement, ce qui est essentiel. Mais la perfection de suivre à la lettre les alignements de BKS Iyengar, pour créer la posture "parfaite".

Cette quête m'a conduit à avoir « peur », je dis bien « peur » de proposer de nouvelles vidéos. Parce que je ne me sentais ni assez alignée, ni assez légitime, ni assez parfaite ni assez…irréprochable.

C’est en méditant que j’ai été frappée par cette pensée. Cela m’a fait prendre conscience que ces jugements incessants ce n’était pas du yoga. Et qu’il valait mieux (selon moi) une posture pas super bien alignée mais un esprit calme…Qu’une posture soi disant « parfaite » et un esprit sclérosé par les jugements, la performance et la comparaison.

Et si la posture parfaite n’existait pas?

C’est en suivant le compte instagram d’un kiné (major mouvement) que j’ai eue la chance de tomber sur cette vidéo incroyable. Il m’a suffit de ces 5 minutes pour me dire « merci, j’ai enfin compris ».

Il n’existe pas de posture parfaite. Nous sommes tous et toutes différents…Au délà de ça, il vaut mieux du mouvement et une posture "imparfaite" qu'une posture parfaite et pas de mouvement du tout.

BKS Iyengar (et d’autres maîtres yogi) a décrété qu’il fallait tel alignement sur telle posture et c’est très bien. Mais si on n’y arrive pas de la même manière , est-ce qu’on « faute »?

C’est pourtant une chose que j’aime dire à mes élèves: la posture parfaite est celle qui nous semble juste, pour notre corps. Regardez autour de vous, dans la rue. Puis regardez votre corps. Sans jugements. Juste observez. Nous sommes toutes et tous tellement différents.

J’ai un buste très long. De petites jambes. Ce qui rend des postures ridiculement accessibles et d’autres…compliquées.

Mais mon buste n’est pas « trop » long, sinon, cela signifierait qu’il y ait une sorte de « normalité du corps »?

Alors s’il n’existe pas de posture parfaite, toutes les notions d’alignement sont à jeter?

Non à la perfection, Oui à la sécurité!

Bien que je ne sois pas fan de la « posture parfaite », il y a quand même un gros travail à fournir niveau « anatomie » et physiologie.

À partir du moment où on travaille avec le corps, on peut se blesser.

Ce n’est pas une bêtise, c’est plutôt une réalité. 

Les postures de yoga à "blessures":

Et en yoga, certains groupes de postures sont à aborder avec beaucoup de recul pour éviter les blessures intempestives (que je connais :-)). 

En N° 1, les inversions. C’est justement lors des cours de yoga Iyengar que j’ai compris pourquoi la chandelle m’était aussi inconfortable. On a appris à la faire avec de nombreux supports et cela semble « juste » pour nos cervicales!

Ensuite, toutes les postures qu’on cherchent à reproduire sans les ressentir. En N°1 le chien tête en bas qu’on s’entête à faire en posant les talons à terre alors qu’une variante plus agréable consiste à plier légèrement les jambes pour mieux allonger le dos. Ou à simplement garder les talons levés pour permettre aux jambes d’être fermes et au dos de s’étirer.

Enfin toutes les postures d’habitudes, qui, à force de répétions posent problème. En N°1, le chien tête en haut avec la tête hyper renversée en arrière. En yoga vinyasa on peut répéter une vingtaine de fois cette posture au cours de la séance. C’est malheureusement plutôt mauvais pour nos pauvres cervicales!

Alignement et sécurité: l'anatomie à la rescousse

Je ne sais pas si en alignant le talon externe avec l'arche du pied arrière en guerrier II la posture est plus saine pour le corps.

Par contre, on réalise bien qu'en gardant dans les postures des guerriers II, I, lunge etc l'alignement genou-cheville est essentiel pour la santé et la sécurité de nos articulations.

Selon moi un alignement est juste quand il est logique à la lumière de l'anatomie et de la physiologie. Pas quand l'alignement rend la posture "belle", on s'en fiche un peu en fait de ça. Tant pis pour notre Ego ou Instagram, le plus important c'est avant tout de prendre soin de notre santé. 

Dans la formation de Jason Crandell que je suis actuellement, il explique justement que l'alignement traditionnel dans le guerrier I de garder les 2 talons alignés n'était pas très facile à appréhender pour les débutants notamment. Il explique donc que garder un écartement entre les 2 pieds de la largeur du bassin est beaucoup plus sain et "facile" pour ressentir la solidité de la posture.

J'avais entendu la même chose en suivant une vidéo de Bryony Smith

Ces profs ne dénigrent pas les alignements "traditionnels", ils observent simplement que parfois, ces alignements ne sont pas si justes que ça pour notre corps.

L'ahimsa, le fait de ne pas nuire en yoga commence, selon moi, par prendre soin de soi et des autres.

Jalousie, frustration ou prise de conscience?

Suis-je frustrée ou réaliste?

C’est la question que je me suis posée avant de commencer à pianoter sur mon clavier.

Et si j’étais juste frustrée de ne pas "réussir" certaines postures en yoga?

Déjà, dans cette question il y a un gros soucis: « réussir » une posture, quand on parle de yoga, me semble…compliqué.

le mythe de la posture parfaite en yoga

Ensuite, quel est le but de ma pratique?

J’ai commencé le yoga à une période où j’étais triste, stressée et perdue. Le yoga m’offrait ce temps de pause, de calme, de reconnection. Je ne sais pas où j’en serai aujourd’hui sans le yoga. 

Quand mes collègues, famille ou amis me demandaient de faire des postures, je faisais soit des postures « amusantes », soit des postures qui me faisaient du bien. Pas de posture parfaite ici.

Et au final, c’est ce que je veux donner dans mes cours: du fun et du bien être. De la douceur. Et parfois du challenge parce que ça fait du bien aussi.

Est ce qu’on doit scruter les gestes des autres dans un cours de yoga? 

Je ne pense pas. C’est pareil avec la vidéo: là où le prof explique des mouvements, c’est à moi de le ressentir. Pas de juger là où le prof est trop « extraordinaire » ou au contraire que certains mouvements sont mal « exécutés ». Tant que je sens que c'est juste pour mon corps et que ça me fait du bien.

Yoga, alignement et gestion du stress

Gérer son stress passe par la non comparaison.

Se comparer, se jauger, se juger impliquent automatiquement du stress et nous placent dans un sentiment d’insécurité. Néanmoins certaines personnes aiment vivre à travers les autres et cette recherche de l'approbation peut représenter une source momentanée de sécurité. Mais cela nous amènera à developper un excès d'Ego, de jugement et de frustrations.

Si on souhaite apprendre à mieux gérer son stress, il peut être bon d'oublier nos certitudes et d’expérimenter les choses comme si c’était la première fois.

Se libérer du fardeau du passé pour évoluer et s’épanouir, c’est ce qu’une meilleure gestion du stress peut nous apporter. Je vous en ai parlé en long et en large dans mon ebook "Bienvenue, stress".

Cela fait plusieurs mois que j'essaie de laisser de côté les injonctions « il faut que je fasse ci ou ça », « je dois réussir à faire ça », « je sais faire… ». Ça m'a aidé à me sentir plus libre. Libre au point où je peux finir d'écrire cet article qui m'aura pris un an. 

Finalement, la comparaison m'apparait souvent inutile. Ne vaudrait-il mieux pas la remplacer par l'inspiration? On en garderait ici que les exemples positifs, qui nous tirent vers le haut!

Y-a-t’il des jugements utiles?

Selon moi, les seuls jugements qui importent sont les critiques constructives.

Comment créer une critique constructive en yoga? 

Tout simplement en étant plus présent à sa propre pratique.

Et moins concentré sur la pratique de la prof ou du prof en encore moins de nos camarades de cours. Je me rappelle Irana, ma prof, qui se mettait en colère quand elle nous voyait "regarder" les autres. 

Au final en se recentrant en yoga, on observe notre capacité à ressentir mieux certains étirements, à comprendre certains alignements. Et à trouver où sont nos limites.

Mais au fond, c’est quoi le yoga?

Je n’en sais rien, mais j’ai ma propre définition. Peut-être qu’elle vous parlera, peut-être pas. Dans tous les cas, je serai ravie de lire votre définition!

le mythe de la posture parfaite en yoga

Selon moi, c’est avant tout une philosophie de vie. Une aide au quotidien pour nous amener plus de présence, plus de calme, plus de recul.

Ça englobe la méditation, une attention à soi et aux autres. Cette notion de rapport aux autres est central au final. Être bien avec soi, c'est chouette. Mais être bien avec les autres, sincèrement, avec justesse, c'est ce qui peut tout changer.

C’est aussi une pratique corporelle dans laquelle il est nécessaire de comprendre certaines notions d’anatomie. Pas pour faire la posture "parfaite" (selon qui, selon quoi de toute façon?). Mais pour la comprendre dans notre corps, pour accepter notre corps.

Mais non, le yoga ne devrait pas nous blesser, nous faire du mal, nous pousser à la comparaison et à la division. 

Hâte de lire vos retours sur ce sujet 😉 

Pour aller plus loin: ma bibliographie et mes sources

NB: Tous les liens vers les livres sont des liens affiliés Amazon. En cliquant sur ces liens pour faire vos achats, vous contribuez à mon projet en me permettant de recevoir une petite commission. Et vous me permettez de continuer à produire du contenu de qualité sur mon site et sur ma chaîne Youtube. D'avance, un immense MERCI!

Follow

About the Author

Professeur de yoga, étudiante en naturopathie, passionnée par la nutrition et l'alimentation santé. Amoureuse de la montagne et de la nature. Et fondatrice du site internet www.yogisa.life

Leave a Comment:

Leave a Comment: