Les règles de bases en alimentation

By Isa | Naturopathie

Fév 15

Conseillé par un de mes professeurs de naturopathie il y a peu de temps, ce livre pose les bases et ouvrent de nombreuses pistes à explorer. Son avantage indéniable est sa taille (286 pages seulement), mais ne vous fiez pas aux apparences: il est petit, mais costaud!

Le docteur Michel Lallement a été chirurgien avant de se consacrer désormais à la prévention et à l’accompagnement thérapeutique des maladies dégénératives.

Fort de son expérience, il livre dans cet ouvrage ses conseils, ses observations sur les pratiques alimentaires qui au final, nous empoisonnent la santé.

Sans faire la promotion d’une médecine dite « conventionnelle » (la médecine allopathique qui se pratique actuellement) face à des médecines « alternatives » ou « traditionnelles (naturopathie, médecine traditionnelle chinoise, ayurveda), le dr Michel Lallement espère plus de coopération entre ces différentes approches. En effet, si l’on combinait ces 2 façons de faire, la santé globale s’améliorerait en peu de temps.

les clés de l'alimentation santé dr  michel lallemand

Le terrain: quelle importance?

Souvent, le facteur de l’hérédité est évoqué face à une maladie dégénérative. On s’en remet donc à la fatalité: « je n’ai pas de chance d’être né(e) avec des gènes aussi défectueux ». Il suffirait donc de remplacer le gène défectueux pour recouvrer une santé optimale? En réalité, en assainissant le « terrain », le docteur a remarqué des résultats incroyables. Le facteur héréditaire est bien entendu à prendre en grande considération, mais sur un même plan que le facteur du mental (le pouvoir de notre esprit, de nos blocages émotionnel…l’influence de notre esprit sur notre santé est…énorme), que le facteur de l’alimentation et bien sûr, de l’exercice physique. Sur ce dernier point, il est important de garder à l’esprit que l’activité physique la plus bénéfique pour votre organisme est une activité douce et régulière. Comme le yoga!

Les intolérances alimentaires et l’hyper-perméabilité intestinale.

L’hyper-perméabilité intestinale…Quésako?

Notre intestin est une zone d’échange, essentielle au bon fonctionnement de notre organisme. Il n’est donc pas une zone parfaitement imperméable car il a besoin d’une certaine perméabilité pour assimiler les bonnes substances: nutriments, vitamines, oligo éléments, acides gras…Mais il arrive parfois que les jonctions entre les cellules intestinales (appelées « jonction serrées) deviennent poreuses et là…Les substance non assimilables se retrouvent dans le sang, ce qui est à l’origine de réactions inflammatoires.

Afin de déterminer si vous êtes susceptibles d’avoir des intolérances alimentaires, il y a un test, disponible dans les annexes du livre ou sur le site internet du docteur: http://www.docteur-michel-lallement.com/

Je vous invite à le remplir, cela ne prends pas de temps et surtout, c’est l’occasion de faire un petit bilan santé, histoire de faire le point sur notre état de forme. Trop souvent on ne s’écoute pas.

à la lecture de ce questionnaire vous serez peut être surpris de voir des symptômes en dehors du système digestif. En fait, tout est lié: les substances non assimilables se retrouvant dans le sang, c’est notre foie qui va nous venir en aide pour essayer de détoxiquer notre organisme. Mais lorsque sa capacité de détoxication en atteinte, c’est le système nerveux qui deviendra la cible de ces particules indésirables. D’où certains symptômes tels que trouble de la mémoire, fatigue, vertiges…

Les principaux aliments mis en cause dans les intolérances sont:

  • les céréales (et plus particulièrement le blé). Si le blé pose autant le problème c’est qu’il est bien trop transformé: 21 paires de chromosomes pour le blé tendre contre 7 paires pour les espèces sauvages. En cas de suspicion d’un intolérance au gluten, il est bon de supprimer le blé pour ensuite le remplacer par des céréales moins transformées comme le petit épeautre (et pas le grand épeautre!), ou des variétés de blé anciennes (kamut). le riz, céréale sans gluten ne pose pas de problème et reste un aliment « refuge ».
  • les produits laitiers: ce qui pose problème dans le lait ce sont ses protéines, et surtout, la transformation agroalimentaire. Cf l’excellent doc arte « le lait mensonges et vérités »
  • les oeufs: là encore ce sont les protéines contenues dans le blanc qui posent problèmes.
  • les aliments exotiques vanille, café, kiwi…

Le docteur michel lallement a remarqué que le intolérances alimentaire sont de plus en plus fréquentes. Il cite à de nombreuses reprise le docteur Seignalet qui, avec son célèbre « régime hypothèque (ni blé ni lait) a obtenu des résultats extrêmement positifs, même s’il n’est pas efficace à 100%.

à la lecture de cet ouvrage et de d’autres auparavant, je me suis toujours posée cette même question "comment se fait -il que l’être humais n’ait pas réussi à s’adapter à cette alimentation transformée?" . Au final, si l’on remonte à Darwin, un espèce s’adapter lorsqu’elle se retrouve confrontée à un danger vital qui remettrait en cause la reproduction de cette espèce. or, même si ces intolérances alimentaire causent des problèmes très préoccupant pouvant entraîner la mort, elles ne sont pas un obstacle à la reproduction de notre espèce…

Comme le rappelle le docteur Lallement, le dr Catherine Kousmine, en s’intéressant de près à l’alimentation fit un constat assez peu joyeux « notre race dégénère »…

Cultivons…notre flore intestinale.

Le causes de la porosité intestinales sont multiples, et c’est là que l’on réalise également l’importance de notre flore intestinale. Celle-ci est malheureusement malmenée par une alimentation bien trop transformée et raffinée mais également par la prise trop fréquente d’antibiotiques. Il faut parfois quelques semaines à notre flore intestinale pour se remettre d’un traitement antibiotique. On réalise mieux sa fragilité et la nécessité d’en prendre soin. Dès notre naissance, notre intention contient environ 100 000 milliards de bactéries…Nous ne pourrons plus jamais nous plaindre de la solitude….

Notre faux ami, le sucre.

Là encore, pas de dérives: il s’agit de se concentrer sur les aliments contenant des sucre lent (avec un index glycérique en dessous de 40). Le tableau de michel montignac est, pour moi, une valeur sûre. Un alimentation trop sucrée aura comme conséquence une dégradation entre autre de notre flore intestinales et pourra amener à une candidose chronique, due à un développement anormal des champignons candidas albicans. Et pour s’en débarrasser, il faudra passer par un véritable « sevrage de sucre ».

Le gras, c’est la vie!

Oui, mais attention, n’allez pas vous jetez sur votre pot de nutella rempli d’huile de palme hydrogénée! Les graisses nous sont indispensables. Les lipides ont un rôle de structure au niveau de nos membranes cellulaires. Plus de 70% des lipides constituant le cerveau sont des omega 3 à très longues chaînes. Or, dans notre alimentation actuelle le rapport entre omega 3 et omega 6 est totalement déséquilibré. Auparavant il était de 3 pour 1, aujourd’hui il est de 15 pour 1…En cas de consommation excessive d’oméga 6, il y aura une sur utilisation de vitamine E, déjà en très faible quantité dans l’alimentation. Ce qui aura pour conséquence une augmentation du nombre de radicaux libres et donc du risque d’athérome et de certains cancers. D’où l’importance de consommer des oméga 3 de bonne qualité! Le graines de lin moulues sont un trésor pour la santé: à ajouter à votre porridge par exemple...

Indispensables, les compléments alimentaires?

La question de la supplémentation est plus complexe qu’il n’y parait. Le docteur met en garde: se supplémenter oui, mais uniquement en cas de carence avérée. Les carences quasiment systématiques sont celle en zinc, en sélénium (dont les noix du brésil sont bien pourvues), en vitamine D et les vitamines du groupe B. Il vaut mieux éviter les suplémentations « à l’aveugle», pouvant engendrer plus de déséquilibres que la résolution de problèmes.

Vers une écologie nutritionnelle

légumes frais et bio

Le docteur emploi le terme « d’écologie nutritionnelle »: au final, tout ce que l’on vient de lire relève surtout du bon sens. Il est urgent de rationaliser notre manière de consommer et de se nourrir! Essayer le plus possible de consommer local! nous avons la chance d’avoir des tas de petits producteurs pouvant nous offrir directement des fruits et des légumes locaux et de saison de bonne qualité. Certes les aliments bio coûtent plus cher, mais dans les magasins bio il y a également de très nombreux produits en vrac qui permettent, en plus de faire des économies d’éviter un peu le gaspillage d’emballages inutiles. Et surtout, envisager la santé dans sa globalité. On peut essayer de manger le plus sain possible, si on est stressé, notre corps le ressent également…Le constat semble logique: avec un meilleure prévention, le déficit de la sécurité sociale cesserait de se creuser vu que de nombreuses maladies pourraient être évitées. A qui profite le crime? C’est avant tout une question de responsabilités: nous avons les moyens de prendre notre santé en mains, nous avons le choix d’agir sur notre «terrain ».

Pour conclure:

Les points forts:

Indéniablement son ouverture: le docteur Lallement présente succinctement des grands acteurs dans le domaine de l’alimentation, Kousmine, Seignalet et Montignac. Je trouve que c’est un bon moyen pour se créer une opinion solide.

Le fait que le livre ne se perde pas dans de grandes explications est une bonne chose pour les débutants en naturopathie comme moi: cela permets vraiment de poser les bases solides afin de s’ouvrir à tous les courants de pensées.

Il n’y a aucun dogmatisme; le docteur se base sur des faits scientifiques et avérés. Chacun est libre de faire sa propre opinion.

Les points faibles:

Peut être que certains passages plus techniques mériteraient une explication plus approfondie…Mais qui est trouvable sans problèmes dans d’autres ouvrages ou sur internet.

Je recommande sans hésiter cet ouvrage à toutes les personnes désirant en savoir un peu plus sur la santé, l’alimentation et souhaitant prendre en main son état physique. C’est une vraie mine d’or!

Alors hop, préparons nous un bon repas avec plein de beaux légumes colorés, des épices mais avant tout: une petite séance de yoga sans oublier le pranayama!

Pour aller plus loin...ma bibliographie et mes sources


"Les clés de l'alimentation de santé" dr Michel Lallemand

"Découvrez le régime index glycémique, une nouvelle philosophie alimentaire" Méthode montignac

Follow

About the Author

Professeur de Yoga Hatha & Vinyasa, étudiante en naturopathie et passionnée de cuisine yogique. Mais avant tout, amoureuse de la nature et des montagnes. Fondatrice du site internet www.yogisa.life

Leave a Comment:

(3) comments

NaturallyLauly 02/16/2017

Un livre que je rajoute à ma liste de lecture ! Merci ma belle 🙂

Reply
    Isa 02/16/2017

    Surtout qu’il est vraiment tout petit, super pratique et vraiment rapide! Il ouvre bine l’esprit je trouve 🙂

    Reply
Hubert 06/17/2017

Article passionnant comme d’hab

Reply
Add Your Reply

Leave a Comment: